Données, connaissances et cadres d’analyse

Les données, leur disponibilité, leur collecte et les différentes manières de les conserver ou de les traiter afin de guider l’action (publique ou privée), sont au cœur des démarches, processus, méthodes enseignées. Il faut d’abord décider de quelles données nous aurions besoin, souvent après une phase de recherches révélant l’importance d’un paramètre, avant de décider de les collecter de manière plus ou moins systématique et de les rendre disponibles au travers d’interfaces permettant d’interroger les bases de données.

Le passage à l’état de connaissances, nécessite de formuler et de tester des hypothèses, associations, corrélations, par exemple par le biais d’études épidémiologiques, qui mènent à la notion de données probantes. Ainsi, le manque d’activité physique peut être reliée à la santé cardiovasculaire ou l’obésité. Bien sûr, tout au long du processus d’acquisition des connaissances apparaissent aussi des incertitudes, dues à la qualité des données ou à notre connaissance incomplète du système dans lequel on choisit de travailler.

Quelques précisions sur la signification précises des termes utilisés seront nécessaires : données, systèmes, relations, mais le plus important restera de développer les cadres d’analyse dont découleront méthodes et outils à mettre en œuvre avant de prendre une décision, choisir entre différentes options, le but étant de prévenir ou minimiser les impacts sanitaires et environnementaux, voire de définir leur caractère durable.

Ce module reprend des concepts et modèles déjà présentés ailleurs, mais les formalise autrement, plutôt dans un sens de guide pratique, une fois que les préceptes théoriques ont été posés.

SPIP  Mise à jour : le 21 mars 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos