Retour aux questions Question sur : Conflits d’intérêt : le cas du chlorure de vinyle aux Etats-Unis En réponse à :

Sujet : Conflits d’intérêt : le cas du chlorure de vinyle aux Etats-Unis

Répondu le lundi 17 janvier 2011 par Perez Marie-Elisabeth

Sous le vocable « commentaire », cette publication constitue en fait un important travail de synthèse, à la fois scientifique et historique, sur l’évaluation des risques professionnels du chlorure de vinyle (CV). L’histoire de la gestion du risque lié au CV aux États-Unis constitue en effet un exemple emblématique de conflit d’intérêt (entre des experts de l’EPA et l’industrie chimique) et de lobbying industriel (de la part de la CMA). Il faut donc considérer ici le terme de « commentaire » au sens d’« analyse critique » du processus officiel d’évaluation du risque lié à une substance. Cette analyse donne à voir comment un organisme censé protéger la santé des travailleurs et de toute la population, l’EPA, s’est discrédité en choisissant de servir des intérêts industriels privés plutôt que celui de la santé publique.

*********************************************************************************************************************

2 des 3 auteurs sont respectivement membres :

- d’un important regroupement environnementaliste (1,3 million de membres !) riche de sa propre expertise qu’on peut qualifier de citoyenne, grâce à plusieurs centaines de scientifiques, de juristes etc.
- d’un « institut pour l’agriculture et les politiques commerciales » qui prône une agriculture soutenable respectueuse de la santé des citoyens.

Le 3e auteur est un consultant en environnement.

***************************************************************************************************************

Cet article paru dans une excellente et fameuse revue scientifique à comité de lecture est donc écrit par 3 auteurs qui ne sont pas des scientifiques institutionnels, chercheurs au NIH ou au CIRC. Il émane de la société civile, de l’expertise citoyenne, et dénonce un grave dysfonctionnement des instances sanitaires (ici l’EPA) que de nombreux ouvriers et utilisateurs de produits à base de PVC ont dû payer de leur santé ou même de leur vie. La prise en considération de ces nouveaux « experts » indépendants de l’Etat et de l’industrie qui œuvrent pour le bien public est légitime car les processus démocratiques mis en place pour protéger les citoyens ont failli.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

SPIP  Mise à jour : le 7 juillet 2022 | Chartes | Mentions légales | A propos