Retour aux questions Question sur : Grandes catégories d’exposition à l’amiante En réponse à :

Sujet : Grandes catégories d’exposition à l’amiante

Répondu le mardi 15 juillet 2014 par Destenabes Francois

La saisine du MEEDDAT en 2005, poursuit une démarche de prise en compte exhaustive des risques d’expositions dus à l’inhalation de poussière d’amiante et dérivés (MPCA).
Les 3 objectifs sont les suivants :
 « Évaluer la toxicité des FCA (fibres courtes) et des FFA (fibres fines)
 Déterminer la possibilité de caractériser la répartition granulométrique des fibres selon les circonstances d’exposition (population générale ou professionnelle) et la nature de l’amiante (chrysotile ou amphiboles) ;
 Évaluer les risques pour la santé humaine liés à une exposition aux FCA (non prises en compte dans la réglementation actuelle) et aux FFA (non prises en compte dans la réglementation professionnelle actuelle). »
L’exhaustivité se reflète par l’extension des études d’expositions, en incluant systématiquement 3 axes d’évaluations et amplitude des zones d’expositions au-delà de l’exposition professionnelle avec l’exposition par inhalation en milieu intérieur mais aussi dans l’environnement de zones amiantifères.

Au-delà de la mise en évidence des manques d’ informations et mesures concernant la classification de substances et formes d’amiantes, le MEEDDAT avance (et confirme par les conclusions de l’AFSSET) que
Les mesures préventives et protectrices doivent impliquer un niveau d’alerte pour les FCA et FFA.

Les principales recommandations en sont :
FCA :L’évaluation toxicologique n’étant pas concluante, ici aussi des décisions conservatrices imposent nombre de mesures , tendant à réévaluer les concentrations et possible relation dose effet.
FFA : Bien que les études menées ne permettent pas de conclure une relation dose effet, il est mis en évidence, dans une approche du principe de précaution que la dangerosité des FCA n’est pas exclue, le risque cancérigène étant avancé.
Les priorités s’orientent sur l’aprise en considération d’éléments complémentaires de croiseent de données métrologiques dans différents environnements professionnels.
Les nuances d’impact et mesures se situe dans l’exposition de la population générale (creation notamment d’indicateurs de dégradation des MPCA). Dans le cas d’exposition en milieu professionnel, le lien avec exposition chronique et mesures de la relation dose effet, est établi renforçant le contrôle de toutes les sources de risques sanitaires

Environnement professionnel : d’une manière conservatrice les éléments d’expositions et valeurs d’exposition professionnelles sont réévaluées en incluant les FCA reconnus comme potentiellement cancérigènes. Les mesures préventives individuelles et collectives de protection sont renforcées tant au niveau des équipements comme gestion des traitements des MCPA que des travaux de manipulation ou réaménagement des espaces exposés. Afin d’améliorer aussi la connaissance , un système de traçabilité (dossier médical) permet de refaire l’historique d’exposition, et par extrapolation d’évolution des MCPA, et diffusions de FCA dans l’environnement de travail.
.
Environnement général et Air intérieur : l’essentiel des mesures liées à l’exposition se concentre sur la revalorisation des seuils d’alerte des dégradation des MCPA. La coordination de travaux épidémiologiques, gestion et diagnostic des cas, structures, etc..

Environnement amiantifère : la nouveauté essentielle est la gestion et étude d’impact des expositions naturelles, mettant en évidence le manque de gestion, information et traitements des sources amiantifères ainsi que l’utilisation ou émissions de poussières et composés toxiques par inhalation. Le diagnostic , inventaire et relevé opérationnel, études et mesurages de distribution granulométrique, est le premier élément de me mesure de l’impact et risques sanitaires

Gestion et surveillance, sont les maîtres mots de la saisine, et soulignent malgré l’évolution des débats et mesures politiques et sanitaires, des gaps importants dans la prise en compte de possible risques à posteriori par manques d’etudes appropriés et mesures coercitives de stopper une évidence de risques sur la santé.
Les mesures cependant si elles sont limitées pour l’environnement général extèrieur, peuvent avoir un effet négatif sur leur application, en créant des systèmes de gestion lourdes pour les entreprises et pouvoirs publics.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

SPIP  Mise à jour : le 4 juillet 2022 | Chartes | Mentions légales | A propos