Retour aux questions Question sur : La variabilité des résultats des différentes études En réponse à :

Sujet : La variabilité des résultats des différentes études

Répondu le samedi 11 février 2012 par Gasteuil Muriel

La variabilité des résultats des différentes études

L’analyse a pour objectif de contrôler un éventuel effet du soja sur le cancer du sein et se consacre en particulier sur les femmes asiatiques en raison de leur consommation importante de soja.
Les 18 études menées sur le sujet fournissent des résultats contradictoires sur lesquels il est impossible de conclure et de mettre en évidence l’effet protecteur ou le risque de cancer lié à la consommation de soja.
Une méta-analyse a été réalisée pour tenter de combiner ces différentes études et tirer une conclusion globale.
Quelques études présentent un OR>1 (risque de cancer lié à la consommation de soja) mais 1 est inclus dans chaque intervalle de confiance IC95%. L’association ne semble donc pas significative. Mais il n’est pas possible de conclure car il serait nécessaire de vérifier l’absence de facteurs de confusion ou de biais ou si la population étudiée est suffisante.

- Étude globale pour les pays asiatiques :
OR<1 mais l’intervalle de confiance IC95% contient 1. Par conséquent, il n’existe pas d’association statistiquement significative démontrée entre le soja et le cancer du sein chez les femmes asiatiques. Toutefois, dans certains cas précis (3/10), l’association entre le soja et la réduction du risque du cancer du sein est significative.

Au vu des divergences relevées, une stratification par rapport à leur état ménopausique a été menée.

- Étude sur les femmes post-ménopausiques :
OR <1 mais faiblement et IC95% ne contient pas 1.
L’association entre consommation élevée et réduction du risque de cancer du sein est statistiquement significative mais très faible.
En outre, dans de nombreuses études (6/10), le lien n’est pas significatif (1inclus dans IC95%). Pour une, il est même contradictoire.

- Étude sur les femmes pré-ménopausiques :
OR <1 mais faiblement et IC95% ne contient pas 1.
Conclusion identique chez les femmes pré-ménopausiques mais avec un effet protecteur légèrement supérieur.
Même constat, dans 5 études sur 10, il n’est pas possible de conclure (1 inclus dans IC95%).

En conclusion, il apparaît que pour certaines études l’état ménopausique de la population étudiée n’est pas précisé..
La méta-analyse ne permet pas de conclure à une association entre le cancer du sein et la consommation de soja.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

SPIP  Mise à jour : le 5 juillet 2022 | Chartes | Mentions légales | A propos