Retour aux questions Question sur : La variabilité des résultats des différentes études En réponse à :

Sujet : La variabilité des résultats des différentes études

Répondu le mardi 25 janvier 2011 par Perez Marie-Elisabeth

La variabilité des résultats des études exploitées dans cette méta-analyse n’est pas vraiment étonnante : c’est souvent le cas quand on étudie l’éventuelle relation entre un facteur de l’environnement (ici l’exposition alimentaire de femmes au soja) et un événement (la survenue d’un cancer du sein). Différentes raisons peuvent expliquer ces variations. Parmi celles-ci :
- présence d’études cas-témoins et d’études prospectives ;
- effectifs différents (= puissance variable) : d’une centaine à 1500 participantes ;
- multiples facteurs de confusion (facteurs protecteurs ou de risque du cancer du sein) et ajustement (ou pas) sur divers facteurs confondants (ex. IMC) selon les études ;
- populations d’origine différente (variabilité inter populations : fréquence gènes BRCA1 et 2…) ;
- âges différents : pré ou post-ménopause ;
- consommation de phyto-oestrogènes difficile à quantifier ;
- etc.

Pour la plupart de ces études, prises séparément, les résultats ne sont pas significatifs (sur la figure récapitulative, on voit bien que l’indice de confiance de la grande majorité des études inclut le 1). L’incertitude est donc grande. D’où l’intérêt de faire une méta-analyse afin d’augmenter la puissance, même si les résultats ne sont pas franchement conclusifs.

*****************************************************************************************************************

Sur la figure récapitulative, on peut voir qu’un plus grand nombre d’études indiquent qu’une consommation de soja est faiblement associée à une protection du cancer du sein (14 résultats à gauche - mais souvent proches - de la barre du 1 indiquant l’absence de relation, et seulement 4 résultats à droite mais davantage éloignés du 1). Mais la longueur des segments représentant les indices de confiance incite à la prudence. C’est aussi ce que font les auteurs dans leurs conclusions : considérant les faiblesses des différentes études, ils emploient le conditionnel pour parler de la relation entre la réduction du risque de cancer du sein et la consommation de soja, et estiment prématuré de préconiser la consommation d’iso-flavones en prévention de ce cancer.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

SPIP  Mise à jour : le 5 juillet 2022 | Chartes | Mentions légales | A propos