Effets sanitaires mal connus et principe de précaution : le cas de la téléphonie mobile

La téléphonie mobile a connu une croissance extrêmement rapide, alors que les effets sanitaires restent mal connus. En parallèle, des contestations citoyennes deviennent de plus en plus nombreuses et exercent des pressions sur les élus locaux qui ne disposent pas de réponse adéquate, puisque la réglementation actuelle et peu contraignante. C’est dans ce cadre que s’inscrit la proposition de loi déposé en juillet 2005.

Pour mieux situer le niveau des connaissances, le contenu et la nature des contestations autour des études épidémiologiques publiées, nous avons choisi de présenter les résumés d’une récente étude britanique, dont les résultats sont négatifs, des extraits de l’éditorial associé et les commentaires suscités immédiatement après sa publication. Cet ensemble est tout à fait représentatif des débats qui animent la communauté scientifique sur le sujet.

Vous pouvez consulter :

- Le résumé de l’étude de Hepworth et col, le texte complet est accessible via le lien sur la page ;
- des extraits de l’éditorial associé ;
- Des extraits des lettres de réponses, qui soulignent quelques points méthodologiques qui affaiblissent les conclusions de l’étude.

Bien évidemment, il existe aussi des études démontrant une association significative entre utilisation de téléphone mobile et tumeurs du cerveau. Elles ne font pas non plus l’unanimité.

Poser une question

Voir en ligne : Le texte complet de l’étude principale

info portfolio

JPEG - 39 ko
Les types de rayonnements

Plan du cours

info portfolio

JPEG - 39 ko
Les types de rayonnements
SPIP  Mise à jour : le 23 mai 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos