Comment estimer la part héréditaire ?

La notion de familles à cancer est ancienne. Elle est née de façon empirique, en particulier pour les cancers les plus fréquents. Nous estimons aujourd’hui que le diagnostic de cancer chez un membre d’une famille augmente faiblement le risque chez tous les parents du premier degré. Nous sommes loin ici de la stringence des critères d’Amsterdam ou de Bethesda abordés ailleurs.

Pour une maladie multifactorielle comme le cancer, la quantification de la composante héréditaire n’est pas facile. L’analyse des famille se heurte à la faible puissance statistique pour les gènes récessifs ou ceux dont la pénétrance est faible. L’exposition à des facteurs environnementaux, voire même une variabilité génétique de susceptibilité par rapport aux facteurs de risque environnementaux, compliquent encore plus l’étude statistique. Le moyen le plus puissant pour estimer le facteur héréditaire, réside dans l’étude d’un grand nombre de jumeaux et la comparaison de l’incidence de cancers. Une telle étude portant sur quelques 45 000 couples de jumeaux (monozygotes et dizygotes) à partir des registres de Suède, Danemark et Finlande a été publiée en 2000 (voir le résumé). Il a été estimé que 29-50% des cancers de la prostate pourraient être dus à des facteurs héréditaires, ainsi que 10-48% des cancers colorectaux et 4-41% des cancers du sein. Si en moyenne 42% des cancers de la prostate s’expliquent par l’hérédité, nous ne connaissons avec certitude aucun gène de prédisposition. De même les mutations, dans l’ensemble rares, de BRCA 1 et 2 ne peuvent expliquer qu’une petite partie des cancers du sein.

3 Messages de forum

Poser une question

Voir en ligne : Texte complet de l’étude des jumeaux

--- Questions à rédaction courte ---

Sujets Corrections

La part de l’hérédité dans l’étiologie des cancers

Répondre

Les données de cancers à partir de registres de jumeaux semblent fournir le contexte idéal pour apprécier les parts respectives de l’hérédité et des facteurs environnementaux. Expliquez pourquoi la comparaison du risque de survenu d’un cancer chez le jumeau d’un patient déjà atteint, entre couples de vrais et faux jumeaux, correspond en effet à ce contexte idéal.

SPIP  Mise à jour : le 14 août 2022 | Chartes | Mentions légales | A propos