Sujets rédactionnels du contrôle continu

Les sujets qui figurent en dessous peuvent faire appel à toutes les parties du cours et pas nécessairement aux documents-ressources présentés dans le cadre de ce TD. Il est donc conseillé de ne répondre qu’une fois que les cours théoriques sont globalement acquis. Dans le cas où le cours ne suffirait pas, les informations ou compétences compémentaires sont fournis dans les documents du TD lui-même.

Attention, avant de tenter de répondre aux questions posées ici il faut avoir une connaissance approfondie du cours de toxicologie et avoir réussi les QCMs associés.

Le dernier sujet nécessite plus de réflexion. Il s’agit de comparer l’ensemble des documents de ce TD pour essayer de tirer quelques conclusions sur la perception du risque et son expression dans les documents officiels.

11 Messages de forum

  • Sujets rédactionnels du contrôle continu 22 mai 2010 12:17, par Perez Munoz Antoine

    Concernant la réponse à la quatrième question : n’est-il pas contradictoire d’avoir un excès de risque quatre fois plus élevé pour la voie respiratoire si la voie orale est la plus efficace ?

    Répondre à ce message

    • Sujets rédactionnels du contrôle continu 7 juin 2010 21:16, par Franck Canorel

      Bonjour,

      Non, la réponse est parfaitement exacte. Vous avez commis une petite erreur de raisonnement.

      Il faut 4 fois plus (0,0004 µg/kg/j) de TCDD par voie respiratoire contre 0,0001 µg/kg/j par voie orale.

      C’est du reste parfaitement logique : au niveau pulmonaire, une partie du xénobiotique va être exhalée, une autre va être prise en charge par l’ascenseur mucociliaire, etc. Par contre, par voie orale, la TCDD (liposoluble) dans le bol alimentaire va être digérée et passer (comme les nutriments) dans le sang puis se stocker dans les adipocytes.

      Il faut bien comprendre que l’ERU vous donne une dose ...et elle est 4 fois supérieure pour un un excès de risque (= un risque supérieur à la normale).

      Autrement dit, la DOSE déterminant l’excès de risque est 4 fois supérieure par voie respiratoire (4 versus 1), donc en toute logique la dose par voie orale est 4 fois inférieure, ce qui signifie bien que c’est celle qui présente le plus de risque (produits laitiers, etc.)

      Répondre à ce message

  • Sujets rédactionnels du contrôle continu 7 juin 2010 10:32, par Bataillard Caroline

    Bonjour professeur,
    je n’arrive pas à ajouter de commentaires pour le QCM associé à ce td, le site n’accepte que les réponses "oui non" il indique erreur 404
    merci de votre compréhension

    Répondre à ce message

  • Sujets rédactionnels du contrôle continu 8 juin 2010 02:02, par Agamaraki Adamou

    Bonjour Professeur,
    Peut on savoir la date butoire pour rendre ce controle continu ? Car Après lecture, je me suis rendu compte qu’il faut retourner en arrière pour une révision générale avant de donner la grande partie des réponses.
    Merci de nous fournir ses précisions.

    Répondre à ce message

  • Sujets rédactionnels du contrôle continu 8 juin 2010 11:41, par Malergue Christelle

    Pour la question 3, ...je ne peux pas ajouter de commentaires pour poser une question au vu de la réponse type... : bref, pourquoi choisir 0,1 et non 0,01 , la courbe commençant à s’infléchir au delà de 0,01 ?

    Répondre à ce message

  • Sujets rédactionnels du contrôle continu 12 janvier 2012 21:37, par Athina Skarla

    Bonsoir Professeur,

    Pour le QCM sur la Cohorte de Seveso, je ne vois pas de document relatif dans la matière enseignée. L’accident est souvent référé dans les textes, mais pas l’étude de cohorte. Pouvez-vous me donner un lien svp ?

    Merci.

    Répondre à ce message

  • Sujets rédactionnels du contrôle continu 28 janvier 2012 20:00, par Gnacadja Agueh Christiane

    Bonjour Professeur,

    Ma compréhension de l’exercice sur le calcul de la MRL est différente de la réponse type proposée. Mon problème se situe particulièrement sur la détermination graphique de la DSENO. A la dose de 0,1 µg/kg/j, des effets nocifs ne sont ils pas perceptibles ? Je souhaiterais que vous m’édifier un peu là dessus. Pourquoi n’a t’on pas fait cas de la correction du passage d’une NOAEL à une LOAEL ? Je pensais que cela était nécessaire ici. Merci

    Répondre à ce message

    • Sujets rédactionnels du contrôle continu 28 janvier 2012 23:19, par Yorghos Remvikos

      Tout d’abord je précise que les exercices sont calqués sur des données publiées et non du docu-fiction. Ce qu’il faut voir dans la différence d’appréciation, c’est justement une certaine part de subjectivité, de “jugement d’expert”. Une différence d’un facteur 3 entre institutions ou autres comités d’experts, n’est pas rare.

      Répondre à ce message

  • Sujets rédactionnels du contrôle continu 18 janvier 2014 15:47, par Thiriet Gregory

    Bonjour,

    Dans la question sur la calcul du MRL je ne comprend pas comment vous arrivez a la valeur arrondie il doit me manquer un facteur correctif mais je ne trouve pas lequel ni ou cette information est disponible ?

    Répondre à ce message

Poser une question

--- Questions à rédaction courte ---

Sujets Corrections

Quelques notions et définitions de toxicologie : le cas des dioxines

Répondre
GIF - 9.3 ko

Sur le tableau ci-dessus, figurent certains termes. Expliquez la signification de celui de congénères et le sens particulier que lui confère le contexte. Comment définiriez-vous les I-TEF et la progression des valeurs dans les deux colonnes ?

Toxicologie des PCDDs

Répondre
GIF - 10.7 ko

Dans le tableau ci-dessus il manque les initulés de 4 colonnes. Pouvez-vous en proposer dans l’ordre de gauche à droite ? Expliquez plus précisément à quoi correspondent les deux colonnes de droite en essayant de discuter les différences entre les valeurs fournies par l’ATDSR et l’OMS.

Apprendre à calculer une MRL (niveau de risque minimum)

Répondre
GIF - 4.1 ko

Le graphique ci-contre représente les résultats d’une expérience de toxicité animale. Peu importe les symptomes observés ou le type de toxicité, la courbe dose - réponse permet de déduire une DSENO (dose sans effet nocif observable) ou NOAEL. Aidez-vous de la valeur obtenu à partir du graphique (dose journalière délivrée dans l’alimentation) pour calculer une valeur de référence chez l’homme, en justifiant vos choix.
Pour bien situer le problème, il manque un élément important dans l’énoncé. Lequel ?

Toxicité chronique exprimée par un REL (ou ERU) plutôt qu’un MRL

Répondre

L’OEHHA préconise pour la 2,3,7,8-TCDD un ERU de 4.10-5 par μg/kg/j pour une exposition chronique par inhalation et un ERU de 10-5 par μg/kg/j pour une exposition alimentaire. Commentez cette différence et donnez la signification du terme ERU (ou REL en anglais).

Usines d’incinération d’ordures ménagères : risques et acceptabilité

Répondre

Les différentes ressources qui vous sont offertes dans le cadre de ce TD constituent un ensemble disparate. Elles sont néanmoins représentatives d’un domaine parfois conflictuel, comme en témoignent les péripéties du dossier du projet d’incinérateur à Fos s/mer.

Vous avez aussi sûremment connaissance d’autres conflits analogues. Par ailleurs, dans la présentation des données scientifiques de l’équipe de Besançon, il est mentionnée les difficultés méthodologiques pour établir de façon indiscutable le lien entre exposition et cancers (en particulier relatives à la modélisation).

Essayez de tirer des conclusions sur ces différences (en quelques lignes-une page maximum), en particulier entre la référence au syndrome NIMBY et les résultats de l’enquête de la D4E. Bien entendu, il faut tenir compte des articles sur l’incinérateur de Besançon et du document de l’InVS qui offre une présentation assez complète du problème des dioxines.

SPIP  Mise à jour : le 23 septembre 2020 | Chartes | Mentions légales | A propos